Les participes passés toujours invariables

8 08 2007

Les participes passés des verbes intransitifs, transitifs indirects et impersonnels employés avec l’auxiliaire « avoir » sont toujours invariables. La liste ci-dessous présente les plus courants.

abondé

faibli

persévéré

sévi

abouti

failli

persisté

siégé

accédé

fallu

pesté

sombré

afflué

flâné

pétillé

sommeillé

agi

foisonné

philosophé

soupé

agonisé

fonctionné

pivoté

sourcillé

appartenu

fourmillé

pleurniché

souri

atterri

fraternisé

plu [plaire]

subsisté

bavardé

frémi

plu [pleuvoir]

subvenu

boité

frissonné

pouffé

succédé

bondi

fructifié

préexisté

succombé

brillé

geint

préludé

suffi

bronché

gémi

procédé

surgi

bruiné

grelotté

profité

surnagé

cessé

grimacé

progressé

survécu

chancelé

grincé

prospéré

sympathisé

circulé

grogné

pu

tablé

clignoté

hésité

pué

tâché

coexisté

influé

pullulé

tardé

coïncidé

insisté

radoté

tâtonné

commercé

intercédé

raffolé

tempêté

comparu

jailli

râlé

temporisé

compati

jasé

rampé

tergiversé

complu

jeûné

réagi

tonné

concouru

joui

rebondi

topé

contribué

langui

récriminé

tournoyé

conversé

larmoyé

regimbé

toussé

convolé

lésiné

régné

transigé

coopéré

lui

regorgé

tremblé

correspondu

lutté

rejailli

trembloté

culminé

marché

relui

trimé

daigné

médit

remédié

trinqué

dégoutté

menti

renâclé

triomphé

déjeuné

miaulé

résidé

trôné

délibéré

nagé

résisté

trotté

démérité

navigué

résonné

trottiné

déplu

neigé

resplendi

valsé

dérapé

nui

ressemblé

vaqué

dérogé

obtempéré

retenti

végété

détoné

opiné

ri

venté

dîné

opté

ricané

verbalisé

discordé

oscillé

rivalisé

verdoyé

discouru

pâli

rôdé

vibré

disparu

parlementé

ronflé

viré

divagué

participé

rougi

vivoté

dormi

pataugé

roupillé

vogué

douté

pâti

ruisselé

voltigé

duré

patienté

rusé

voyagé

émigré

péché

sautillé

zigzagué

éternué

péri

scintillé

étincelé

périclité

séjourné

évolué

péroré

semblé

Voir l’accord du participe passé et les verbes pronominaux.





Le genre des noms et les noms à double genre: Le genre des noms de villes

8 08 2007

En l’absence de règle et par souci de simplification, les noms de villes et de localités s’accordent le plus souvent au féminin : Lille est grande ; San Francisco est connue pour la douceur de son climat.
Mais les noms de villes comportant un article défini masculin s’accordent au masculin :
Le Caire est situé sur le Nil ; Le Havre a été détruit en 1944.
Voir
le pluriel des noms et des adjectifs d’origine étrangère et le pluriel des noms et des adjectifs.





Le genre des noms et les noms à double genre: Les noms féminins en -é et en -ée

8 08 2007

Les noms féminins qui désignent une qualité ou un défaut se terminent toujours par é : l’amitié, la beauté, la bonté, la charité, la méchanceté, la pitié, la sévérité, etc. Ceux qui désignent une contenance ou une durée ont toujours leur finale en ée : brassée, cuillerée, pelletée, pincée, journée, matinée, etc.





Le genre des noms et les noms à double genre: Les noms suivants ont le double genre

8 08 2007

aigle : un aigle et une aigle [enseigne militaire] : les aigles romaines.
amour est masculin au singulier : un grand amour, et féminin au pluriel dans la langue littéraire : les amours enfantines.
cartouche : une cartouche et un cartouche [inscription ornementale].
couple : un couple [deux êtres] et une couple (littéraire) [deux choses].
crêpe : une crêpe et un crêpe [tissu et caoutchouc].
délice est masculin au singulier : ce gâteau est un délice, et féminin au pluriel dans la langue littéraire : les délices infinies du rêve.
gens est masculin pluriel quand l’adjectif est placé après : des gens intelligents, et féminin pluriel quand il est placé avant : de vieilles gens.
geste : un geste et la geste [ensemble d’exploits] : chanson de geste ; les faits et gestes d’une personne.
gîte : un gîte et la gîte [terme de marine].
greffe : une greffe et un greffe [juridiction].
livre : un livre et une livre [poids et monnaie].
manche : une manche et un manche.
manœuvre : une manœuvre et un manœuvre.
mode : une mode et un mode.
œuvre : une œuvre [travail, réalisation] et un œuvre [sens en construction et ensemble des productions d’un artiste] : l’œuvre gravé de Picasso.
orge : une orge [la céréale entière] et un orge [grains d’orge sans leur enveloppe] : orge mondé, orge perlé.
orgue est masculin au singulier : un orgue de tribune, et féminin au pluriel : les grandes orgues.
parallèle : une parallèle [une droite] et un parallèle [cercle parallèle à l’équateur].
pendule : une pendule et un pendule [instrument de radiesthésie].
physique : la physique et le physique.
poste : une poste et un poste.
tour : une tour et un tour.
voile : une voile et un voile.

N.B. Les noms à double genre proprement dits sont ceux qui ont la même étymologie (un aigle/une aigle, un couple/une couple, etc.) ; ceux qui sont d’origine différente constituent des mots différents (un livre/une livre, un manche/une manche, etc.).





Le genre des noms et les noms à double genre: Les noms suivants sont féminins

8 08 2007

une acné

des arrhes [n.f. pl.]

une épithète

une orbite

une algèbre

une azalée

une escarre

une orthographe

une amnistie

une caténaire

des immondices [n.f. pl.]

la réglisse (plante)

une anagramme

une ébène

une météorite

une scolopendre

une anicroche

une échappatoire

la nacre

une stalactite

une apocalypse

une écritoire

une oasis

une stalagmite

une apostrophe

une enzyme

une octave





Le genre des noms et les noms à double genre: Les noms suivants sont masculins

8 08 2007

un agrume

un astérisque

un emblème

un météore

l’amiante

un astéroïde

un équinoxe

un ovule

un antidote

un astragale

un esclandre

un périgée

un antre

un augure

un haltère

un planisphère

un apogée

un caducée

un hémisphère

un tentacule

un armistice

un camée

Un hyménée (littéraire)

un testicule

un aromate

un cerne

un hypogée

       
       
       
       
       
       
       





Le genre des noms et les noms à double genre

8 08 2007


En français, les noms sont répartis en deux classes grammaticales, correspondant à la notion de genre : le masculin et le féminin. D’autres langues, comme le grec, le latin ou l’allemand, ont trois genres : le masculin, le féminin et le neutre.

Le genre des noms est purement conventionnel et surtout déterminé par l’usage (arbre est masculin, bien que dérivé du latin arbor, qui est féminin). Une même chose peut être de genre différent d’une langue à une autre : ainsi les mots soleil et lune sont respectivement masculin et féminin en français, alors qu’en allemand Sonne (le soleil) est féminin et Mond (la lune) est masculin.

Le genre grammatical (masculin/féminin) est souvent associé au genre naturel (mâle/femelle) : un chat/une chatte, le boucher/la bouchère, mon frère/ma sœur. Certains noms qui désignent indifféremment l’un ou l’autre sexe ont un genre commun et sont dits « épicènes » (artiste, enfant, élève, snob…). D’autres n’ont pas d’équivalent féminin dans la langue française parlée en France (assassin, défenseur, monstre, successeur, témoin, vainqueur, voyou…), mais en ont parfois un en français de Belgique, du Canada ou de Suisse (une défenseuse…).

Certains noms féminins ne s’appliquent qu’à des hommes : une estafette, une gouape, une frappe…, et certains noms masculins ne s’appliquent qu’à des femmes : un bas-bleu, un cordon-bleu, un succube, un tendron (très jeune fille)…

Il est fréquent d’hésiter sur le genre d’un nom, notamment lorsque celui-ci se termine par e ou par ée. Les deux listes ci-dessous présentent les noms qui sont fréquemment objet d’erreurs.