Le pluriel des noms et des adjectifs :Cas particuliers

8 08 2007

Les notes de musique :

Le nom des notes de musique est invariable : des do bémol, des fa dièse.
Les jours de la semaine :

Au pluriel, le nom des jours de la semaine prend un s : Il va au cinéma tous les lundis.
Mais on écrit : Il va au cinéma tous les lundis soir (« soir » a la fonction d’un adverbe).
Les noms toujours pluriels :

Les noms suivants ne s’emploient qu’au pluriel : accordailles, affres, aguets, alentours, ambages, annales, appas, appointements, archives, armoiries, arrérages, arrhes, atours, condoléances, confins, décombres, fiançailles, frais, funérailles, honoraires, mœurs, obsèques, ossements, sévices, ténèbres, etc.

L’accord en nombre des adjectifs :
– Avec plusieurs noms coordonnés par
et, par ou et par ni, avec un nom au pluriel : voir l’accord des adjectifs.

    – Avec le pronom personnel on : on est un pronom masculin singulier, mais l’accord peut se faire au pluriel quand « on » représente un nom pluriel : On n’est jamais sûr de rien (dans cette phrase, « on » signifie « chacun », « tout homme »). On est tous égaux devant la loi. Marie et moi, on est heureuses de partir en vacances (dans la langue soutenue, on dirait : Marie et moi sommes heureuses de partir en vacances).
– Avec peu de, l’accord se fait avec le nom qui suit : Peu de monde est satisfait. Peu d’hommes sont satisfaits. Peu de femmes sont satisfaites. – Avec plus d’un :

Si plus d’un est suivi d’un nom au singulier, l’accord se fait avec ce nom : Plus d’un invité était gai.

Si plus d’un est suivi d’un nom au pluriel, l’accord se fait soit avec le mot collectif et se met donc au masculin singulier, soit avec le mot complément : Plus d’un de ces hommes m’était inconnu ou Plus d’un de ces hommes m’étaient inconnus.

    – Avec la totalité de, le plus grand nombre de, l’accord se fait au singulier : La totalité des candidats était très émue. Le plus grand nombre de spectateurs demeurait impassible.

    – Avec la plupart (de) l’accord se fait au pluriel : La plupart des enfants étaient contents. La plupart sont déjà guéris (ou guéries). Ces avions sont anciens ; la plupart ont été construits il y a plus de trente ans.

« La plupart de » suivi d’un nom au singulier est rare et vieilli, sauf dans l’expression « la plupart du temps ».
Avec « la plupart », l’accord se fait avec le complément sous-entendu :
la plupart (des enfants) ou la plupart (des personnes).
Voir l’accord du verbe avec le sujet.
    – Avec l’expression avoir l’air, avec un nom en apposition : voir l’accord des adjectifs.

    – Avec les adjectifs indéfinis aucun, chacun et nul : voir l’accord des adjectifs.

    – Les noms déposés

Les noms déposés sont légalement des noms propres invariables et ne peuvent prendre la marque du pluriel qu’avec l’accord de leurs propriétaires : des Coton-Tige, des Escalator, des Peugeot, etc.

Cependant, l’accord de ces noms est grammaticalement correct : des Caddies, des Escalators, des Cotons-Tiges.

Les noms de produits

Les noms des produits prennent un s au pluriel : des bourgognes, des camemberts, des champagnes, etc.

Les noms propres

    – Les noms propres sont, en principe, invariables puisqu’ils désignent une personne ou un lieu uniques : les Goncourt, les Durand, les deux Marie. Il n’y a pas deux Prague mais il existe deux Vienne.

Cependant, l’accord du pluriel, qui se faisait en latin, était de règle jusqu’au xviiie siècle.
Aujourd’hui, la tendance générale est à l’invariabilité, mais certains noms de familles illustres ou de dynasties prennent la marque du pluriel :
les Bourbons, les Capets, les Césars, les Condés, les Constantins, les Curiaces, les Guises, les Horaces, les Paléologues, les Plantagenêts, les Stuarts, les Tudors.

Mais on écrit sans s : les Hohenzollern, les Romanov, les Habsbourg, les Visconti, les Borgia, les Bonaparte.

    – Les noms propres employés comme noms communs prennent la marque du pluriel : « J’ai vu des Sophocles, des Archimèdes, des Platons… » (P. Valéry).
Ces noms sont employés au pluriel par effet de style. On pourrait dire des hommes comme Sophocle, Archimède et Platon.
En revanche, lorsqu’un nom propre est précédé d’un article pluriel mais désigne une seule personne, il reste au singulier : « Ici, les Joffre, les Castelnau, les Fayolle, les Foch, les Pétain » (P. Valéry).

N.B. Les noms géographiques peuvent prendre la marque du pluriel s’ils s’appliquent à des réalités distinctes : les Amériques, les Guyanes, les deux Corées.

    – Les noms d’artistes utilisés pour désigner leurs œuvres sont en principe invariables : Le musée a acheté des Rembrandt et des Raphaël.

N.B. On rencontre parfois l’orthographe avec s, qui n’est pas considérée comme fautive : Le musée a acheté des Rembrandts et des Raphaëls.

    – Les noms de personnes ou d’êtres qui désignent des œuvres d’art prennent la marque du pluriel : Il a admiré plusieurs Dianes et plusieurs Apollons.

    – Les noms de journaux, de revues, les titres de romans, de pièces de théâtre sont toujours invariables : des Figaro, des Officiel des spectacles, des Macbeth.


Voir l’accord des adjectifs, le pluriel des noms composés, l’accord des adjectifs de couleur, le pluriel des noms et des adjectifs d’origine étrangère, le participe présent, l’adjectif verbal et le nom, l’accord du participe passé.

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :